des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire
C’est un autre souvenir d’enfance.

On nous a acheté des ballons gonflés à l’hélium. J’en tiens deux par la ficelle, et marche fièrement en rentrant vers la maison.
A un moment, maladresse : les ballons m’échappent. Je saute, ils sont déjà trop haut.
Je les regarde s’élever, dépasser les arbres, monter, monter dans le ciel. Je suis désemparé, en proie à une sensation étrange de tristesse indicible, fasciné par ces points qui s’éloignent et rapetissent, sidéré devant cette image de perte, d’espace, de liberté.

Une dizaine d’années plus tard, mon grand-père disparut, lui aussi sans retour. Au milieu de tant d’autres, c’est la vision des ballons perdus qui dominait. Lorsque, peu après, j’ai essayé d’écrire sur sa mort, sur le bloc où j’inscrivais mes pensées, j’ai noté :
“Jamais plus dans la vie nous n’irons pareils à ces ballons légers, ivres d’air”.

Une réponse à Jamais plus dans la vie nous n’irons pareils à ces ballons légers

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives