Aller aux fraises

C’est la saison des fraises. Me promenant dimanche dans le jardin de ma belle-mère, j’en avise quelques unes au ras du sol, bien rouges et bien tentantes. La plus jolie était un peu loin de l’allée. Je n’ai pas résisté, je me suis penché pour la cueillir. Comme je veux éviter de marcher sur la plate-bande, j’allonge le cou et le bras, mais mon poids m’emporte vers l’avant, et je me retrouve le nez et le front dans la terre sans avoir tendu les mains pour me protéger. Même pas mal.

J’avais malgré tout attrapé la fraise : je la tenais entre mes doigts, à moitié écrasée et pleine de terre comme moi. J’ai voulu la manger. Ça a crissé sous les dents pendant dix minutes. — Mais qu’est-ce que tu fais ? s’écrie ma belle-sœur en me découvrant dans cette posture. — Tu vois bien, ai-je répondu le visage en sang : je suis parti aux fraises.

(Il faut dire que tout ceci s’est passé au sortir d’un très bon déjeuner, au cours duquel il est vraisemblable que j’avais bu un coup de trop.)

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Alain ROUAULT

Bonjour, monsieur Arbon,
C’est Alain Rouault, un p’tit gars issu du Bas-Bécon, qui vous a déjà écrit il y a quelque temps.
Aujourd’hui, je me fais opérer de la cataracte de l’œil gauche.
Après avoir lu votre billet d’hier, que je me suis permis de diffuser à parents et amis, j’ai réfléchi à mon état. Cardiologue, radiologue, dentiste, pneumologue, oncologue, généraliste référent, ostéopathe, ophtalmologiste, kinésithérapeute, oncologue radiothérapeute, hier l’anesthésiste…Déjà vu tous ceux-celles-là au moins une fois depuis le début de l’année, et le pharmacien et le laborantin pour valider leurs prescriptions. Et ils sont presque tous inscrits sur mon agenda pour les rendez-vous à venir…Fort heureusement, je ne fréquente ni urologue, ni proctologue, …pour le moment.
Je suis quotidiennement (presque) votre blog, me reconnais très souvent dans vos préoccupations, et je vous remercie d’améliorer ma culture générale et de pallier mon ignorance de la poésie persane.
J’ai eu la chance de ne pas me casser la figure dans le jardin, mais c’est ma petite fille qui a pris un gadin la semaine dernière. Elle a tout l’avenir devant elle ; quant à moi, j’ai de la chance.
Désolé pour votre gamelle. Bonnes santé et continuation.
Alain Rouault

Henri

Un des signaux evoques hier? La lutte contre la pesanteur et le manque d’equilibre… 😉