Annieallmusic

Pour des raisons que chacun comprendra instantanément à la lecture, je laisse pour une fois sur ce blog la plume à quelqu’un d’autre que moi. On trouvera donc ci-après, reproduite in extenso, la critique de La Fontaine/Brassens qu’Annie Grandjanin, qui tint pendant près de vingt-cinq ans la rubrique chansons et musiques actuelles au Figaroscope et au Figaro, a publiée sur son blog.

 

http://annieallmusic.blogspot.fr/2013/07/arbon-fait-rimer-la-fontaine-et-brassens.html

Arbon fait rimer La Fontaine et Brassens

 

(graphisme Victoria Strauss)
L’idée peut sembler insolite et pourtant, lorsqu’on découvre le spectacle  « La Fontaine/Brassens », conçu et composé par Arbon, l’alliance est évidente ! A trois siècles de distance, le fabuliste et le chanteur sétois affichent une passion commune pour la langue, l’indépendance et une certaine légèreté. Une légèreté qui n’a évidemment rien de frivole comme l’a écrit Jean de La Fontaine en préface de ses Fables : « C’est ce qu’on demande aujourd’hui : on veut de la nouveauté et de la gaieté. Je n’appelle pas gaieté ce qui excite le rire, mais un certain charme, un air agréable qu’on peut donner à toutes sortes de sujets, même les plus sérieux… ». Et c’est bien ce charme, cette gaieté, cette manière d’aborder avec humour des thèmes graves comme la mort, la bêtise ou l’abus de pouvoir, qui donnent à ce « La Fontaine/Brassens » toute sa substance. Dans une sobre (trop sobre peut-être ?) mise en scène de Pierre Fresquet, le chanteur Arbon revisite ainsi  « L’Auvergnat », « La non-demande en mariage », « Les trompettes de la renommée » « Mourir pour des idées », « Je m’suis fait tout petit »… tandis que la comédienne Marie-Christine Barrault, rayonnante et inspirée, lui donne la réplique avec « Le lion amoureux », « Le chêne et le roseau » ou encore « Le savetier et le financier ». Et il faut bien avouer que la connivence d’esprit est incroyable. Les mots s’entrechoquent et s’entrecroisent avec une harmonie, une musicalité et une intelligence qui gomment les années. On imagine sans peine que si leurs chemins s’étaient miraculeusement croisés ils seraient devenus « deux amis ». Présenté au Studio Raspail à Paris, le spectacle prend ses quartiers d’été au  « Festival Chansons et Mots d’Amou »  en août. Et l’on ne saurait trop vous conseiller d’y faire un tour. Comme l’assurait La Fontaine « deux sûretés valent mieux qu’une » et la rencontre poético-musicale de ces deux univers est absolument réjouissante…

 

Le 9 août à 21 heures, dans le cadre du Festival Chansons & Mots d’Amou, qui se déroule dans les Arènes d’Amou (40) les 9 et 10 août. A l’affiche également : l’apéro de Tonton Georges animé par Stéphane Hirschi, Céline Caussimon, « Un roman de Renart », Yves Jamait invite Daniel Fernandez, Daguerre. Infos et billetterie : 05 58 89 02 25. www.chansonsetmotsdamou.fr
S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
arbon

Oui, j’aimerais beaucoup… Mais rien n’est encore décidé.

Muriel

Bravo pour cet article bien bien mérité !
Dommage qu’il ne soit pas repris dans le Figaro et le Figaroscope…
Espères-tu une reprise du spectacle à Paris la saison prochaine ?

arbon
Jacques Langlois

Voilà qui est dit (ou écrit) et bien dit (et écrit)!
Vivement Amou pour revoir et réentendre tout ça, que du bonheur…
En tout cas, moi, j’y serai!