Herengracht negenentachtig

J’ai habité, au début des années quatre-vingt, sous les toits un magnifique appartement, à cheval sur deux maisons à pignon du XVIIè siècle, dont les fenêtres donnaient sur le Herengracht, le plus beau canal d’Amsterdam.
 
 

L’entrée se trouvait au numéro 89, sur cette illustration c’est la deuxième maison en partant de la droite. Chez moi, c’était donc tout en haut. Les petits volets rouges étaient ceux d’une chambre d’amis. Au même niveau se trouvaient la cuisine, une salle de bains et une autre chambre. En descendant cinq marches, on arrivait dans le grand séjour, situé dans la maison à la façade brun foncé, à gauche de la précédente, avec ses trois fenêtres en haut sous les volets verts. Ce séjour était muni d’une charpente aux poutres magnifiques, qui me donnait parfois l’impression d’habiter la coque renversée d’un galion. De l’autre côté, il avait vue sur une cour intérieure (sur laquelle donnait également, en face, la cuisine). Un couloir longeait cette petite cour et menait à ma chambre et à ma salle de bains.

L’adresse (Herengracht negenentachtig) est imprononçable par tout bon français, la sonorité de ces deux mots ressemble à un long raclement de gorge. J’ai fait rire beaucoup de chauffeurs de taxis hollandais en m’y essayant.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires