des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Félix, c’est-à-dire heureux, en latin. Quel beau nom lorsqu’on y accorde sa vie, et, mieux encore, sa mort !

Tel fut le privilège dont jouit le Président Félix Faure, mort en galante compagnie à l’Elysée le 16 février 1899.
Je ne résiste pas, même si elle est célèbre, à citer l’anecdote du médecin, qui, dépêché sur les lieux, demande au planton :
— Le Président a-t-il toujours sa connaissance ?
— Non, Monsieur, elle est sortie par la porte de derrière !

Ladite connaissance fut aussitôt surnommée « la pompe funèbre » par les humoristes de l’époque.

Felix-Faure.jpg
Georges Clémenceau, farouche adversaire de Félix, n’épilogua pas trop sur les circonstances du décès. Mais on lui prête ces mots : « Félix Faure est retourné au néant, il a dû se sentir chez lui », et « Il voulait être César, il ne fut que Pompée ».

Félix par arbon

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives