des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Ai-je envie, comme la cigale, de me trouver « fort dépourvu » ( on dirait aujourd’hui démuni ) ? Non. Ai-je envie que l’hiver et la bise viennent ? Non plus.

summer-red-c-funkyblackowl-arbon© funky black owl

Est-ce que j’ignore que l’hiver va venir ? Pas davantage. Pourtant je ne fais rien pour m’y préparer, ni pour me préserver de ses rigueurs. Je verrai demain. Le souci de demain appartient à demain. Sinon les lendemains envahissent le présent et on se prend les pieds dans le tapis du temps. Anticiper, préparer, assurer : tout ce parfum de sécurité traine avec lui une odeur de mort. Notre mort. Les lendemains, on dit qu’ils chantent, mais en vérité ils ne chantent jamais. On ne chante jamais bien dans le futur. On ne chante que dans l’instant.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives