des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Une des personnes qui s’occupe de Maman avec beaucoup d’affection, d’empathie et de gentillesse est Indienne. Elle avait prévu de prendre des vacances dans son pays en avril. Elle a reçu hier midi un message l’informant qu’en raison de l’épidémie de covid-19, l’Inde interdisait jusqu’à nouvel ordre l’accès à son territoire à tout Français ou à toute personne en provenance d’un aéroport français.

L’Inde, en date du 11 mars, ne compte officiellement qu’une soixantaine de cas, dont un mortel. On y a très peur du virus : un homme s’y est suicidé récemment en pensant être contaminé, alors que ce n’était pas le cas. Elle ne souhaite pas en importer davantage. Sur le plan sanitaire, sa décision se comprend.

Nous voici cependant (et me voici moi) dans la situation que craignait Montaigne : « J’ai un tel faible pour la liberté que si l’on me défendait l’accès de quelque coin des Indes, j’en vivrais très mal à mon aise ».

Indes inaccessibles, USA désormais fermés. L’Europe, aux yeux du reste du monde, devient un continent de pestiférés. Qui l’eût cru ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives