des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

La photo a circulé sur Internet et elle m’a fait rire.

Je précise que pour ce qui nous concerne, covid ou pas, Claudine et moi n’avons jamais cessé de nous embrasser, mais que manger un bon maroilles, et marquer ainsi notre soutien à la confrérie des fromagers quitte à nous abstenir de baiser* pendant quelques heures, est une éventualité que nous pouvons certainement envisager.

* baiser : ici substantif, et non verbe. Restons crédibles.

3 réponses à Maroilles et baisers

Répondre à Gaillard Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Archives