des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

J’ai atteint l’âge des bilans, et quand je repense à ma vie, en bon natif du signe de la balance, je la vois de deux façons.

D’un côté, je me dis que j’ai mené la vie que j’ai voulue. Sans forcer, sans contrainte. Dans une forme assumée de fluidité, sinon de facilité. Socialement, professionnellement, la position que je rêvais d’avoir à vingt ans, je l’ai occupée dès la trentaine. J’ai eu suffisamment de chance pour ne pas avoir à me battre. J’ai pu faire ce que je voulais tout en goûtant la saveur des jours, en flânant. Je n’ai jamais couru après l’argent, ni le pouvoir, ni la gloire. Le temps je l’ai pris. Chaque instant, j’en ai pressé le jus.

D’un autre côté il me semble que j’aurais pu en faire bien davantage. Au lieu de tracer énergiquement ma voie, quelque frein m’a empêché d’avancer. Dans toutes les positions que j’ai successivement occupées, je me suis tenu à l’écart, sur le bord du chemin : pas immobile, mais comme entravé par la conscience aiguë que j’ai toujours eue de la vanité des choses (et, à mesure que la vie passait, de l’étendue limitée de mes talents). C’était sans doute de la paresse, mais plus que cela : de la torpeur, une sorte de renoncement. Tout s’est passé comme si, ayant compris que je n’accomplirais jamais de choses extraordinaires, j’avais décidé de ne rien déranger, et de m’en tenir là.

4 réponses à L’âge des bilans

  • A-t-on déjà vu un coffre-fort suivre un corbillard ? Alors que faire à l’heure de la mort de tant de milliards ? De tes beaux comme de tes vieux jours, il reste tout l’amour que tu as su donné.

  • M enfin Jean Pierre, si ça se trouve tu es peut etre ascendant Taureau ou Belier, et ca peut donner une autre coloration a la suite de ton parcours. A ta place je ferais faire .mon theme astrologique pour ne pas me trouver depourvu si la brise fait tout a coup lever les voiles

  • Bien trop modeste, à mon avis… Mais c’est une de tes nombreuses qualités, justement – une qualité qui manque cruellement à tellement des soi-disant “grands” du monde! Continue à n’être “que” toi!

  • Quelle belle vie, sacredieu !
    “Là où nous sommes, il n’y a pas de crainte urgente.” (Char)

Répondre à Bertrand Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives