« loin du monde et du bruit, goûter l'ombre et le frais »

Je ne me souviens pas d’avoir connu des jours meilleurs que ceux que nous sommes en train de vivre. Confinés à la campagne et contraints au repos. Le printemps qui croît et s’épaissit, les hommes à l’arrêt, les oiseaux qui triomphent.

Je ne me souviens pas d’avoir approché d’aussi près la douceur de vivre et la sensation d’être en paix. Je suis au bon endroit, au bon moment, entouré de ceux que j’aime, libéré de tout souci immédiat, centré sur le présent.

Je marche avec les chiens, ils jouent, ils prennent des chevreuils à la course et ne les rattrapent jamais, ils reviennent haletants et tirant la langue, se baignent dans les ruisseaux, se régalent de quelques os, dorment devant ma porte, et m’enseignent sans le savoir l’évidence d’être au monde.

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
AGUERRE G.

Exact. Être au monde. Merci JP

Prochains spectacles
Archives