des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

Alessandro Baricco et moi, étant sexagénaires tous les deux, nous éprouvons le même type de désarroi face à la révolution numérique et à la perte de repères qui, corollaire inévitable, accompagne le changement de civilisation que nous sommes en train de vivre. Lui en a tiré un livre, The Game, qui s’ouvre sur ces remarques : « Cela fait un moment que l’espace et le temps ne sont plus les mêmes (…) [Aujourd’hui] nous savons avec certitude que nous nous orienterons avec des cartes qui n’existent pas encore (…) Nous nous disons que tout ce qui se passe a certainement une origine et une destination, mais nous ignorons lesquelles. Dans quelques siècles, on se souviendra de nous comme des conquistadors d’une terre sur laquelle nous avons le plus grand mal aujourd’hui à retrouver le chemin de notre maison.* » Moi, il y a quelques années, j’en avais fait une chanson, sur le même constat : « pas de mode d’emploi pas de cartes pas de repères… qui réinventera le nord le cap et la boussole ? »

Qui ? Eh bien peut-être justement Baricco, dans The Game. J’y reviendrai. En attendant, voici la chanson.

Nos vies sont devenues si longues et nos raisons si courtes
Qu’on ne sait rien du monde où l’on va finir par échouer
On est tous des marcheurs face la steppe avec nos yourtes
On est tous des errants avec l’océan à braver

Pas de mode d’emploi pas de cartes pas de repères
Jetés – démerdez-vous ! – dans les nuages et les réseaux
Les vastes et beaux récits que se transmettaient nos grands-pères
Ne nous disent plus rien devant ces horizons nouveaux

Qui réinventera le nord le cap et la boussole ?

Nos vies sont traversées par de grands crépitements d’ondes
Des hordes d’avatars criblent la Terre de signaux
Des électrons bavards se posent en maîtres du Monde
Des fragments de virtuel ont pris greffe sur nos cerveaux

Où voulons-nous aller ? Quelle est désormais notre histoire ?
Qui, sous le ciel éteint, nous indiquera le parcours ?
Quel algorithme fou viendra fouiller notre mémoire ?
Et quel joueur de flûte exhumera des mots d’amour ?

Qui réinventera le nord le cap et la boussole ?

Réinventer
Réinventer
Réinventer nos vies

* The Game p26-27

Une réponse à Baricco et moi (Le cap et la boussole)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives