des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire
Ayant, dans mon précédent article, émis l’hypothèse que les belettes n’avaient pas le même penchant que les chauves-souris pour la lubricité orale, je me suis renseigné sur leur vie sexuelle.

© Ainalem

On apprend sur Wikipedia que les belettes s’accouplent longuement, l’accouplement durant en moyenne trois heures, entrecoupées de pauses. Or, les spécialistes des chauves-souris pensent que si ces dernières pratiquent la fellation, c’est pour améliorer la performance des mâles et allonger la durée du coït de six secondes environ: il est donc facile de comprendre que les belettes n’ont nul besoin de recourir à cet expédient.

On apprend par ailleurs, s’agissant de la belette des montagnes, que les membres de l’espèce sont relativement solitaires (“excepté pour l’accouplement”, nous indique-t-on: la précision est bienvenue), qu’ils poussent des cris perçants et très forts, et qu’ils produisent une sécrétion très odorante à l’aide de leurs glandes anales: rien qui favorise vraiment les caresses bucales, comme on voit.

Une réponse à La vie sexuelle des belettes

  • ça vous étonne? Pas besoin d’étudier les petites bêtes qui se cachent. Vous n’avez jamais vu des chiens se renifler (et même plus) à l’endroit stratégique où s’attache la queue? E aussi venir
    benoîtement respirer comme un bouquet fleuri l’entrejambe des messieurs ou des dames, celles-ci en général très gênées qui détournent le museau intrusif d’une main qui parle d’autre chose? Et les
    ours du zoo? Et les chevaux près des juments en chaleur? Mais où avez-vous donc les yeux? Les sexes sentent fort et bon, c’est la vie. Et comme, sauf pour les éléphants, le nez n’est jamais loin de
    la bouche…

Répondre à Marie Fpe Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives