des mots d'amour et des chansons… c'est bien là tout le nécessaire

J’avais lu intégralement l’Iliade, il y a très longtemps. Pour l’Odyssée, je m’étais contenté d’extraits. Je la découvre dans la traduction de Philippe Jacottet. Mon Dieu ! Quel choc !

Il y a bien sûr le voyage en lui-même, les aventures, les monstres, les rencontres fantastiques, l’errance jusqu’au rivage des Morts, et ces figures féminines (Circé, Calypso, Nausicaa, Pénélope) qui jalonnent le périple d’Ulysse. Il faudrait au moins un James Cameron pour porter cela au cinéma.

Mais il y a ensuite la longue attente d’Ulysse qui, de retour à Ithaque, refuse de se faire connaître, reste déguisé en mendiant, et finit par massacrer tous les prétendants de sa femme qui se sont installés dans son palais. Le premier auquel il s’attaqua, Ulysse « le frappa à la gorge, la pointe traversa de part en part la tendre nuque, il bascula, la coupe lui tomba des mains, frappé d’un trait un flot épais jaillit, par ses narines, de sang humain; d’un mouvement brusque du pied, il renversa la table, les mets se répandirent par terre…» Pour le second, Ulysse « le toucha sous le sein, la flèche vive lui perça le foie. Sa main alors laissa tomber l’épée; frappant la table de la tête, il s’abattit courbé en deux, faisant rouler les plats et une double coupe; il heurta la terre du front, dans la détresse, et des deux pieds ensemble bouscula un fauteuil; sur ses yeux tombèrent les ténèbres ».

Et ainsi de suite, une ivresse de violence, jusqu’au dernier, jusqu’à ce qu’une servante, entrant dans la salle, voie « les corps et le sang infini », et trouve Ulysse « au milieu des héros tués, éclaboussé de souillure et de sang, comme un lion qui s’éloigne, ayant dévoré un boeuf au pâturage: tout son poitrail, et ses mâchoires de part et d’autre, couverts de sang ».

Le chant XXII de l’Odyssée d’Homère, c’est plus sanglant que du Tarantino !

Pulp-Fiction.jpg

Une réponse à Homère et Tarantino

  • Sauf que Quentin lui fait du second degré, voire du 3ème !!! Autre temps, autres moeurs… quoique certains djihadistes se délectent d’égorgements analogues encore de nos jours, à cause d’une
    lecture salafiste moyenageuse du coran. Enfin si quelqu’un me trouve une autre lecture des versets sanglants qui appellent au meurtre de l’ouvrage rédigé par les hanbalites à partir de 854, je
    pourrais considérer qu’une réforme de l’islam hanbalisant n’est pas indispensable… Mais quand je constate que les rebelles islamistes avouent avoir gazé en Syrie des femmes et des enfants, je
    suis effrayé de l’usage que feront bientôt ces fous furieux par exemple dans le métro parisien de ce gaz neuotoxique appelé sarin que leur ont fourni les “gentils” Qatari et Saoudiens. Apocalyspe
    Now ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Archives